Jeudi 20 Juillet 2017 - Nombre : 3841 áæÍÉ ÇáãÝÇÊíÍ ÇáÚÑÈíÉ





Bienvenue , vous êtes le visiteur :
409322
Vous interesse ...

Le challenge marocain de Laurent CAUGER (Safi, Maroc, football)

C'est au Maroc que Laurent Cauger, ancien éducateur de Castelginest, Colomiers et du TFC, a posé ses valises cet hiver. Sa mission ? Structurer et animer le centre de formation de Safi, club de D1 marocaine. Un superbe challenge à relever pour l'ancien pensionnaire du centre de formation du RC Lens. Reportage. (par Jean-François Garres)  

23h00, arrivée à Casablanca. Nous sommes accueillis par Najib, éducateur au club de Safi, et Abderahime, ancien gardien de but professionnel. En route pour Darbouaza où une magnifique villa en bord de mer nous attend pour passer la nuit. Le lendemain, départ pour Al Jadida pour une première pose locale, puis arrivée en début d’après midi à Safi pour découvrir le centre de formation et assister au match

de l’équipe fanion qui évolue en 1ère division du championnat marocain. L'occasion de demander à Laurent Cauger comment il s'est retrouvé là.

Laurent, dans quelles circonstances as-tu été contacté pour venir à Safi ?
La direction technique nationale, gérée par Jean-Pierre Morlans (ex-DTN France), en partenariat avec la fédération, a reçu la mission de calquer la formation marocaine sur le système français. Pour ça dix centres de formation sur le territoire ont été créés. Le premier vient de sortir de terre sur la commune de Safi sur la côte ouest. Amhed Chouari, conseiller du président de Safi, Mr Khaldoun, m’a contacté pour un poste de directeur technique du centre de formation. Après une première visite au mois de décembre pour rencontrer les dirigeants, j’ai déposé un projet de



candidature. Mon projet a été accepté, et cette deuxième visite doit nous permettre de le finaliser.

Quel va être ton rôle exact ?
Je vais devoir mettre en place une politique technique qui englobe le projet sportif, la formation d’éducateurs et le bon fonctionnement du centre.

"L’engouement pour le football dans le pays est extraordinaire."

J’ai assisté à ta première prise de contact avec les jeunes footballeurs marocains, quelles sont tes premières impressions ?
Pour l’instant les conditions d’entraînement sont assez précaires. Les jeunes s’entraînent deux fois par semaine. Le premier chantier va être de mettre en place une scolarité adaptée afin d’avoir des séances régulières. Le footballeur marocain a des qualités techniques indéniables. Avec un travail plus approfondi, on va pouvoir développer maintenant les qualités mentales, tactiques et physiques.

C’est donc le début d’une grande aventure ?
Oui parce qu'il s'agit de mettre en place les premiers centre de formation du Maroc. Le challenge est très excitant. Etre au début d’une histoire est toujours intéressant. La DTN finance pendant quatre ans mais les clubs restent gestionnaires durant cette période. Il faut parier sur une forte évolution dans le futur. L’engouement pour le football dans le pays est extraordinaire.

Pour toi qui sort du très beau centre de formation du TFC, qu'en est-il de tes nouvelles conditions matérielles ici ?
L’ouverture est prévue en septembre et tout les équipements sont déjà en place. Il ne manque plus qu’un terrain synthétique dont la livraison est prévue en juin. Au format européen, c’est un centre très fonctionnel doté de tout le matériel nécessaire. Certains clubs en France ne disposent pas d’une telle structure. 30 joueurs internes et 30 externes (sur 3 années de naissance) vont avoir le privilège de travailler dans d’excellentes conditions.

Après trois jours, l'heure était venu de se séparer et de se donner rendez-vous dans six mois pour faire un premier bilan. Merci à Laurent, Ahmed, Najib et Abderahime... Je pouvais aller retrouver mes surfeurs, rassuré pour l'avenir des jeunes marocains...

Jean-François Garres