Lundi 29 Mai 2017 - Nombre : 3789 áæÍÉ ÇáãÝÇÊíÍ ÇáÚÑÈíÉ





Bienvenue , vous êtes le visiteur :
393672
Vous interesse ...

SOS le château de Mer à Safi, se meurt!!!

Signez la pétition

http://www.soschateaudemersafi.com/

La société civile safiote se demande à qui revient la responsabilité de la sauvegarde de ce prestigieux bijou est ce :

- Le Conseil municipal ?
- Le Conseil régional?
- La Délégation de la culture?
- La Délégation du tourisme ?
- L’ensemble des associations de la ville de Safi?
- L'ambassade du Portugal?
- Le ministère de la culture portugais?

              Amis Safiots, que vous importe le château de mer, que vous importe, le rempart naturel que forme la promenade de Sid zelzouli face aux assauts répétés des vagues de l'océan ? Bien sur cela ne concerne personne, aucun d'entre nous ne se soucie du patrimoine e d'une choses aussi futile qu'un vieux château ! Mais dites-vous bien que la nature ne choisi pas ses victimes et qu'un jour   prochain ce ne sera plus qu'un vieil édifice qui s'écroulera mais bien toute cette belle promenade et sekala avec. Que nous affectionnons tous et par là même l'eau envahira les bas quartiers de la ville. Soyons conscients que protéger le château c'est aussi protéger notre patrimoine. Redonnons à  notre ville ce bel édifice que chaque jour  nos yeux contemplent ; que des milliers d'entre-nous , sans le château de la mer, Safi n'est qu'une jolie ville sans son sourire.

 

              Responsables vous qui êtes aux commandes de la villes, vous par qui la destinée du patrimoine que vous ont légué vos parents, vous détenez entre vos mains le sort du château de la mer, ne décevez pas vos compatriotes, agissez pour l'avenir des vôtres, ne laissez pas cette pétition dans le fond d'un tiroir, ayez l'audace d'agir pour le bien de tous et redonnez à la ville ce sourire qu'elle mérite, nous vous en seront reconnaissants.  

http://www.soschateaudemersafi.com/

 


La nuit du 6 au 7 mars2010 , une partie de la tour sud du Château de mer s’est effondrée. Cet épisode dramatique dû entre autres à de fortes précipitations  que connaît tout le Maroc ne peut pas mettre sous boisseau la lente agonie de ce fort du 16ème siècle, considéré comme  l’un des plus grands bâtiments lusitaniens hors  Portugal.

« El Borj » comme l’appellent les Safiots,  fait partie  de la géographie et de l’histoire de la ville  et constitue l’un des vestiges d’une longue présence portugaise dans tout le Doukkala ( Azemmour, Mazagan, Saffi ( Saphi), Akouz…). Le monument a été restauré dans les années 60 et a pu abriter des spectacles divers.

Toutefois, au regard de la force de la houle atlantique, les fondations commencent à s’effriter par l’usure et par le manque d’un entretien adéquat.

Les coûts, il est vrai,  dépassent et de loin les capacités locales et régionales, voire nationales. De sources officieuses l’on estimerait une restauration en bonne et due forme à la bagatelle de 4,5 milliards de cts. Et, depuis belle lurette, responsables de la Culture et société civile ne cessent à tour de rôle de s’alarmer, et de sonner le  tocsin avant  le glas inévitable  et redouté.

S’il y a des responsables, c’est bien au niveau du Ministère de la Culture  qui n’a jamais daigné s’intéresser à des monuments  à fort potentiel en termes de tourisme culturel. Et cela constitue  d’ailleurs l’une  des recommandations des dernières journées de consultation  pour la Région Doukkala-Abda sur la Charte de l’Environnement et du Développement durable des 17 et 18 février dernier : créer un fonds spécial pour la restauration des monuments historiques  dans la Région. Des paroles aux actes… ???

P.S. Les Portugais ont une solution.


  Cérémonie en hommage à l'homme de lettres Abbas El Jirari:  safi

 

 Une cérémonie a été organisée, samedi à Safi, en hommage au doyen des hommes de lettres marocain et conseiller de SM le Roi Mohammed VI, M. Abbas El Jirari, en reconnaissance à son apport appréciable au patrimoine artistique marocain notamment l'art du malhoun.

 

Organisée par l'association Haj Mohamed Ben Ali El Mesfioui de l'art du Malhoun et l'association Jeunesse de la musique à Safi, à l'occasion de la célébration de l'Aïd El Mawlid, cette cérémonie a été ponctuée par des morceaux choisis de cet art, interprétés brillamment par de jeunes artistes locaux.

Intervenant à cette occasion, le président de l'association Haj Mohamed Salsouli, M. Ismaïl Alaoui Salsouli, a souligné que l'hommage rendu à M. El Jirari est une marque de reconnaissance à l'un des maîtres de la culture marocaine, qui a amplement contribué à faire connaître l'authenticité du malhoun.

Pour sa part, M. El Jirari a exprimé sa fierté pour cet hommage qui lui a été rendu à Safi, et qui coïncide avec les célébrations de l'aid Al Mawlid.

Il s'est dit, par ailleurs, enchanté par les prestations des jeunes artistes, dont le talent force l'admiration.

Aujourd'hui, a-t-il dit, ces jeunes talents, qui porteront le flambeau de cet art, interprètent le malhoun d'une manière qui séduit davantage le public et ce, grâce aux efforts déployés par les grands maîtres pour initier les enfants et les jeunes à la musique authentique.

Né en 1937 à Rabat, Abbas El Jirari est l'auteur de plusieurs oeuvres sur le patrimoine arabe, la pensée islamique et les questions culturelles.

 
16/03/2010 - 22:12
16/03/2010 - 22:11
16/03/2010 - 22:10
13/01/2010 - 18:20
02/12/2009 - 23:19
02/12/2009 - 23:19
20/10/2009 - 23:21