Samedi 1 Novembre 2014 - Nombre : 2849 áæÍÉ ÇáãÝÇÊíÍ ÇáÚÑÈíÉ





Bienvenue , vous êtes le visiteur :
169288
Vous interesse ...

            Sa Majesté le Roi Mohammed VI a visité  Safi du Jeudi 19  au Dimanche 21 avril 2013.

            C’est une visite  royale simplement historique et pour cause…

            De prime abord, je me dois de revenir sur des faits historiques afin de réfuter une impression bien safiote selon laquelle, la ville, Cité océane, d’après l’historien et sociologue médiéval IBN KHALDOUNE n’a pas beaucoup reçu les Rois du Maroc et ce serait , donc un territoire marginalisé voire déprécié

Que nenni..

            La bienveillance royale s’est toujours manifestée à l’égard de Safi et de sa population. Déjà, à l’époque du grand Sultan Sidi Mohammed Ben Abdallah, Safi a bénéficié de la sollicitude royale puisque la cité est devenue une résidence privilégiée du Monarque pour superviser les travaux d’Essaouira et donner un sérieux coup de pouce aux aménagements portuaires de Safi, dès la fin du XVIII ème siècle.

            Le Sultan Moulay Slimane a visité la ville de Safi en 1815.

            Quelques années plus tard, le Sultan Moulay Abderrahmane ben Hicham s’est rendu sur les lieux du port et a fait sa prière au Mausolée du Cheikh Abou Mohamed SALEH lors de sa visite en 1829.

            Le Sultan réformateur Moulay Hassan 1er est venu à Safi en 1886 où il a visité Sidi Bouzid, le Port et le Mausolée de Cheikh Abou Mohamed Saleh.

            En 1918, le Sultan Moulay Youssef, a séjourné, en


 

 

 Académie Doukkala Abda

La « Voix de l’Elève », d’une approche nouvelle dans le processus de la démocratisation de l’acte pédagogique 

-       Comment a-t-on vécu l’année scolaire précédente et comment se voit-on bien vivre la rentrée scolaire en cours? Tel est l’objectif des séances d’écoute de l’élève appelées : « La Voix de l’Elèves », une première dans les anales des académie régionales du royaume adoptée depuis vendredi 17 septembre 2010 par l’Académie Doukkala Abda. Il s’agit, selon le directeur de l’AREF M. Mohamed El Maazouz, d’une approche nouvelle dans le processus de la démocratisation de l’acte pédagogique dans le but de trouver de nouveaux moyens permettant à l’élève de pouvoir s’exprimer sur son droit le plus légitime à enseignement de qualité et au  décrochage scolaire 0%. Adoptée dans les établissements scolaires, tout cycle confondu, c’est un clin d’œil à la société pour son adhésion inconditionnelle au développement de l’école publique marocaine, a-t-il indiqué.

 

« La Voix de l’Elève » est en effet une vision nouvelle qui vise en premier lieu l’implication effective de l’élève dans l’édification des bases générales du Programmes d’Urgence. C’est une pratique dont on espère enclencher une nouvelle dynamique dans les établissements scolaires de la région, pour permettre à la réforme de pouvoir partir de la classe et non à son seuil, souligne pour sa part Mme Khadija Kababi, déléguée provinciale du secteur de l’enseignement scolaire à El Jadida, lors de sa présidence vendredi aux premières séances d’écoute consacrées aux élèves du collège lycée Moulay Abdellah.

A la fois impressionnés et stupéfaits, les élèves y ont à peine cru, avant de chasser tous les sorciers et passer aux aveux les plus complets. Certains se sont exprimés sur les  problèmes de transport, la sécurité dans l’environnement scolaire, le danger que représente le phénomène de la prolifération des drogues et les difficultés éprouvées dans certaines disciplines enseignées telles le Français, les Maths et les physiques…

D’autres ont plutôt évoqué les comportements et problèmes relationnels avec tels professeurs, membres de l'administration


Communiqué de presse

 

Festival AMWAJ ASSAFI 2010

2ème édition

 

Créé en 2009 par la Fondation Safi Horizon et son président Nour-Eddine Lakhmari, le Festival Amwaj Assafi, Mosaïque de Cultures, revient cette année du 12 au 15 juillet 2010.  Le mot d'ordre est le même, célébrer les Arts et la ville de Safi dans toute leur diversité. Le programme de cette seconde édition est avant tout musicale mais fait à nouveau la place à de nombreux évènements annexes dont des tables rondes, des ateliers et des animations sportives et débutera par une cérémonie d'ouverture animée par la chanteuse Oum.

 

Sur scène pendant trois jours, que du beau monde! La programmation est variée et fait une place de choix aux plus grands artistes marocains en s'offrant le plaisir et le luxe de la présence d'une star internationale. D'emblée, le 13 juillet, le festival commence avec Nass El Ghiwane, avant de poursuivre par Hamid Kasri, H-Kayn et Hajjib. Le 14 juillet, c'est au tour de  Hatim Ammor, Mazagan, Carole Samaha et Daoudi de prendre possession du public. Le 15 juillet, Fatima Tahihit, Rais Tijani, Najat Aatabou et Don Bigg finiront d'enflammer la place Moulay Youssef.

 

Bien évidemment, Amwaj Assafi est un festival qui commence toujours par Safi. Il se fait donc un devoir d'offrir un tremplin aux groupes safiots, comme le désormais incontournable Toufa Rythmes, en leur permettant de se produire à côté de grands noms de la musique marocaine et arabe. Tous les concerts sont donc précédés de premières parties 100% assafi.

 

A l'image de la diversité qui compose l'héritage safiot, Amwaj Assafi est une rencontre des genres. Le festival se marque donc une nouvelle fois par son esprit « fusion » et sa volonté de n'oublier aucun des styles qui composent le patrimoine musical marocain, dont l'Aïta qui est l'âme musicale de Safi. Le festival Amwaj Assafi se veut ainsi un lieu où se construit en direct la mémoire de la ville. Une ville marquée par le passage de grandes personnalités : la Cheikha Hammounia, le comédien Mohammed Benbrahim, l'acteur Hassan Sqalli et le mécène Aziz Nadifi seront à l'honneur cette année à travers le programme des hommages.

 

Mais la scène n'est pas tout. En dehors des projecteurs, beaucoup de choses se passent à Safi. Des tables rondes et conférences auront pour but de donner un écho aux préoccupations des Safiots et aux enjeux stratégiques que rencontre la ville: l'environnement, la culture et la sauvegarde du patrimoine seront au cœur des débats. Plus récréatifs, des ateliers de peinture et de photo ainsi que des animations sportives émailleront ces 4 jours de festival pour le plus grand plaisir du jeune public. 

 

Cette deuxième édition du Festival Amwaj Assafi sera aussi l'occasion pour la Fondation Safi Horizon de lancer un programme d'action ambitieux au service de la culture et de la ville de Safi. Une ville en pleine ébullition où les choses bougent de plus en plus vite.

 

Le recueil de nouvelles de la jeune Kenza ELBAZI sera notre premier acte littéraire, notre bonjour à l’adresse des lecteurs d’ici et d’ailleurs, et  aussi notre premier pas dans le monde fragile et fascinant de l’édition au Maroc.

Effectivement, avec « Sortie d’école », nous inaugurons l’aventure de  notre maison  ASTERIA Editions  qui s’est tracé une ligne éditoriale basée sur l’excellence et le courage et ce, pour toute sa gamme composée de cinq  collections, à savoir : Création - Jeunesse - Etudes - Manuels et Beaux Livres.

Ainsi, nous avons et la chance et le plaisir de débuter cette aventure éditoriale, que nous souhaitons longue et espérons fructueuse, avec le recueil d’une jeune demoiselle douée pour l’écriture.

Pour moi, personnellement, la sortie de ce recueil d’une dizaine de nouvelles n’est pas une grande surprise, au contraire ce sera la satisfaction d’un couronnement puisque j’ai eu le plaisir de lire des écrits de Melle  Kenza ELBAZI  en tant que membre du jury de la 10ème et dernière  édition du concours de  nouvelles « Auteurs inaperçus du Maghreb », organisé en 2008 à Safi. Sachant que le nombre des  participants dépassait  les 50, tous âges et professions confondus, le talent naissant de notre jeune auteur a alors déjà été récompensé puisque  le 3ème prix lui a été octroyé.

Deux ans après, et avec un heureux concours de circonstances, Melle Kenza ELBAZI  édite son 1er recueil qui relate peu ou prou son vécu d’élève adolescente à Safi, observant les vies qui le ponctuent, et en transcrit certaines tranches, tantôt publiques tantôt intimistes, le tout servi  dans une langue française  de haute facture.

L’exemple de notre jeune auteur


 

L’Agence de Voyages imaginaires présente le Bourgeois Gentilhomme de Molière

en tournée dans 5 villes du Maroc

Mise en scène : Philippe Car

 

L’Agence de Voyages imaginaires, compagnie de Philippe Car, sera en tournée dans 5 villes du Maroc, du 4 au 19 juin 2010, pour continuer l’hommage à Molière, organisé par l’Ambassade de France au Maroc dans le réseau des instituts et alliances franco-marocaines. Cet événement a débuté par la tournée des « Farces et comédies » de Molière présentées par le TNP de Villeurbanne durant tout le mois de mai.

 

Plusieurs temps forts nationaux auront lieu autour de cet hommage notamment dans le cadre de la  Semaine Molière organisée par l’ISADAC à Rabat, avec des moments d’échanges en présence du grand dramaturge M. Ahmed Taïeb Laâlej à Rabat et Agadir.

 

Le Bourgeois Gentilhomme, pièce parmi les plus connues du répertoire de Molière, ira à la rencontre des publics de Rabat, Meknès, Oujda, Safi et Agadir, dans une version « furieusement moderne ». Avec cette version théâtrale, Philippe Car ose ainsi un spectacle surprenant dans lequel le spectateur découvre, stupéfait, des comédiens dialoguant avec des marionnettes, pantins, bustes sur roulettes, jouets à ressort, automates à piles et robots …

 

L’Agence de Voyages imaginaires nous offre une pièce drôle, musicale et tourbillonnante, un moment de théâtre populaire qui a le privilège de faire participer un très large public à ce Bourgeois

Gentilhomme, qui pour notre plus grand bonheur, est très librement interprété.

SAFI - Mercredi 16 juin : 19h, le Bourgeois Gentilhomme, salle de l’Atlantide (tout public)

           + rencontre avec des étudiants et comédiens

16/03/2010 - 22:12
16/03/2010 - 22:11
16/03/2010 - 22:10
13/01/2010 - 18:20
02/12/2009 - 23:19
02/12/2009 - 23:19
20/10/2009 - 23:21